Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2009

Ecologie corporelle......!

Le Corps et le regard des autres

À partir d’une certaine durée de station debout immobile,  avec un sac à dos contenant l’agenda d’une chômeuse moyenne, soit un poids de trois kilos minimum , les forces gravitationnelles s’exerçant sur les lombaires commencent à aplatir sérieusement les disques intervertébraux…Pas de problèmes, vous me direz , ils sont conçus pour  non ?    Certes à condition que le facteur temps ne s'en mêle point!
La durée  ajoutée à la force de pression finit par faire naître un dommage … reste plus qu'à alléger le poids porté ou changer le point d’appui des forces endommageantes…
Comment sait on à quel moment la durée mélangée à la pression  devient endommageante ?
Le corps est équipé d’alarmes en tout genre : la douleur dans la zone où se trouve le disque en train de s’en prendre plein la figure suffit à prévenir le cerveau : « et là haut, tu peux faire un truc » ? le cerveau va chercher dans la boite à truc qu’est ce qu’il peut faire ?
Et là, impossible de remettre la main sur la réponse adaptée,  parce que il y a un interdit sur cette réponse, un verrou de sûreté.. celui que les parents et les éducateurs ont aidé avec  tout leur  amour  à poser sur les circuits « vie collective, adaptation au système » dans la sous catégorie « politesse ». ….  Le verrou c’est : « ça ne se fait pas » , décliné pendant l’enfance en   « tiens toi BIEN … ! ».
l’enfant a toujours  du mal avec ça,  parce que le BIEN du "tiens toi" n'est pas facile  à définir et provoque des incohérences avec le domaine  des ressentis : tiens toi bien devrait signifier : prends la pose dans laquelle TU TE SENS à l'aise???   Donc si j’ai mal c’est pas  bien… ? demande l'enfant à sa mère .
Pas du tout chéri, plus t’as mal plus ça te fait du bien… faut souffrir  pour être beau , mince, poli, bronzé musclé élégant riche en bonne santé la langue musclée et le nez qui coule pas .....
Bref, faut souffrir….
Finalement politesse rime avec mépris du corps … !? Nous revoilà en plein délire catho….
souffrons en silence, les petits gars  le paradis est au bout . Amalgame , confusion, manque de discernement  manque de réflexion, tous ces manques sont tricotés par une pensée qui fait passer le corps après tout le reste.. et encore….. !
Résultat ..
On se fabrique tous  des sciatiques à tour de bras et de talons haut dans les supermarchés qui par dessus le marché vous lessivent le cortex en vomissant des horreurs d'objets alignés  que le système se permet de vous fourguer en musique , ouiiiiiiiii  parce qu’en plus la musique de supermarché , bonjour ! C’est la marche militaire des cerveaux transparents du consommateur qui peut trotter au pas au pas  dans les allées du  Super Marché Mondial …

Je me suis accroupie dans la queue finalement , pour soulager mes lombaires,  et ma nausée existentielle, la caissière avait buggé, ça pouvait durer encore longtemps .  Accroupie, j'étais bien:  j’entendais plus la musique , et j'avais un nouveau regard  sur l'humain, le  visage au ras des « panars » de mes concitoyens de queue…..

Mais  là Omar m’a vue, Omar c’est  le vigile sympa qui prend encore son job à cœur: il rappliqué, il a viré tout le monde : la petite dame vous voyez pas qu’elle va pas bien…. Allez ,  laissez la passer, elle a presque rien dans son sac, allez venez (il me prend le bras ), pardon monsieur,  allez ça va passer ma petite dame , … vous allez pouvoir respirer
Dans la queue , ça grommelle en sourdine, je crois entendre elle peut pas être enceinte,  je suis rouge de honte, j’ai pas dit un mot , "c’est la ménopause me dit la caissière (qui n’avait guère plus de 23 balais..) ma mère aussi elle pouvait plus rester debout tellement elle avait des chaleurs…"
Je suis retournée me coucher.

08/01/2009

faut-il être sévère avec les pédopsypédants



Pour  noël,  ma sœur a été dénicher aux éditions Mordicus un petit fascicule intitulé : « Faut il être sévère avec nos enfants ? »  reprenant les discours de deux « sommités » en pédopsychiatrie ,  une femelle Edwige Antier et un mâle Aldo Naouri censés représenter deux  points de vue opposés, mais tous deux néanmoins  soucieux de tansmission et auteurs d’ouvrages et guides destinés aux parents…..
J’emporte avec moi et la curiosité qui me caractérise l’opuscule au restaurant du coin .Je ne vais pas me mettre à cuisiner à l’heure qu’il est, de plus Edf m’envoie la première facture négative jamais encore reçue , 56 euros de  trop perçu !  c’est décidé, célébrons l’affaire et mon célibat parisien du  week end dans ce resto que j’adore,  très cher mais très chouette !
A vrai dire j’aime tellement les pâtes,  les serveurs, le resto et regarder passer les gens dans la rue que point n’ai besoin de livre.. mais mais mais … les Autres que je respecte toujours intensément ne sont pas aussi libérés que moi et pour éviter de sentir peser leurs regards dépités sur mes mines d’extase egoïste, quand je vais seule au restaurant, j’emmène toujours un truc à lire…
J’ouvre l’opuscule au hasard après avoir commandé des « linguini à la crème citronnée et épinards frais » et je tombe sur cette phrase de Naouri : « …..aussi curieux que cela puisse paraître les questions qu’on le dit soulever -parce que moi je ne les ai pas entendues- ne sont pas celles du public ,  les gens adorent ce livre , sinon s’en serait il vendu 100 000 exemplaires en moins de trois mois !! »
….tiens tiens,  un mec qui répond comme ça à la question du journaliste  «Comment expliquez que votre dernier livre, qui apporte des solutions aux parents ,  suscite autant de questions ? » ! je trouve ça très immature .. na na nère et tralala !
Là je bois deux gorgées du vin de Sardaigne qu’on m’apporte et poursuis ma lecture ….Ca promet d’être gratiné. En effet ,  20 lignes plus loin, il dit :  « un enfant a besoin d’être « névrotisé » et pour cela il a besoin avant tout d’être frustré … accoutumé très tôt à la frustration il supportera et respectera l’existence de l’autre  » : l’amour du prochain basé sur la frustration, ça me paraît moyen… Bon, je commence à comprendre que le bouquin ait suscité polémique … Naouri n’est plus tout jeune, ses façons de parler un peu provocantes, quelque peu réactionnaires relèvent peut-être , outre l’âge , d’une maîtrise de la  langue un peu aléatoire ? . …
A vrai dire j’avais déjà jeté avant la fin « Les filles et leurs mères », du même Aldo Naouri, un livre qu’on m’avait offert il y a 11 ans au Noël suivant la naissance de ma fille et mon entrée dans le monde des monoparents. Gonflé le gars tout de même !  Je veux dire qu’en tant qu’être vivant avec une queue entre les pattes donc sans la moindre idée concrête de féminité au bout des ongles,  aller expliquer à une femme ce qui se joue entre elle et sa fille ….fallait déjà oser.  
Mais poursuivons la lecture.
Mes pâtes arrivent …. heureusement je sais très bien faire plusieurs choses en même temps,  lire et manger surtout me comblent de bonheur !! plaisir indescriptible… ce sont deux nourritures concomittentes , du corps et de l’esprit, en jouir simultanément est … ce que je viens de dire , pardon pour la répétition donc, un plaisir indescriptible.
Mais brusquement mon sang ne fait qu’un tour dans la zone orgasmique  où les deux nourritures prétendaient atterrir, je débande :
Naouri écrit , (et j’en arrête les pâtes  pour crayonner le bouquin..)
« dans notre espèce qui a 8 millions d’années d’existence, la mère aujourd’hui ne diffère pratiquement pas de celles des tout premiers temps. En tant qu’être biologique , elle est extrêmement proche de la nature. … »
Alors là chapeau… ! La femme n’a pas changé depuis 8 millions d’années ??  Cléopâtre, Louise Michel , Simone de Beauvoir et moi avec mes linguini cintronnés, au même niveau que les femelles grognantes et soumises qu’on suspendait au dessus d’un feu dans une cage en osier quand elles avaient leurs règles pour les purifier???
Et c’est quoi un être non-biologique ??  Il dit   « en tant qu’être biologique » :  bon mon chat aussi,  mon amant sauf qu’il est pas là, les serveurs du restau, la plante verte, ce chien dehors sont des êtres biologiques aussi … ou bien un truc m’aurait échappé ? 
Quant à « la femme est extrêmement proche  de la nature » : bordel de merde pourrait on m’expliquer en quoi la femme serait plus proche de la nature  que les autres …. hommes ?  Et quelle nature d’abord ??? la nature humaine ? 
Mais  mais mais ce n’est pas fini,  le plus beau est à venir , à propos d’hommes justement  : lisez bien, ça vaut son pesant de cacahuètes. (Aldo t’es vraiment un spécimen !!)
« Par contre l’homme d’il y  a 8 millions d’années et celui d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir. La psychanalyse nous a enseigné que ce qui caractérise un homme depuis toujours c’est l’intérêt qu’il porte à son sexe anatomique.Sa pulsion exprimée directement il y a 8 millions d’années est aujourd’hui sublimée : il a affiné ses moyens  » !!
Je vous le jure c’est écrit noir sur blanc : l’homme a beaucoup changé en  8 millions d’années mais ce qui le caractérise depuis toujours c’est qu’il ne s’intéresse qu ’à son zizi ??? ( Il est où le changement ?)
Mes pâtes sont finies, mais je bous littéralement sur ma chaise, j’enrage, ce livre me brûle les mains….
Ce mec est censé être guide pour nous autres parents , en plus il est à la retrait e il n’a que cela à faire, choisir des mots qui aient un sens pour le plus grand nombre et se relire pour vérifier qu’il ne se fout pas de la gueule des gens qui vivent dans la merde ambiante qui nous sert d’environnement : un monde où viols crimes mensonges trahisons, fric, pouvoir inégalités sont le vocabulaire quotidien de nos enfants …. En Afrique on  mutile encore les fillettes, en Colombie les enfants se prostituent,  hier en Chine on tuait les bébés filles à leur naissance,  en ce moment même  au Moyen Orient la guerre pour un bout de terre vient de pulvériser une école !!!    ….  Et c’est tout ce que ce  pédopsychiatre à la retraite trouve à dire  : que les mères   n’ont pas changé depuis 8 millions d’années contrairement aux hommes qui eux , pourtant continuent à jouer avec leur zizi ….
Non mais je rêve !
Par respect pour le statut d’humain que , n’en déplaise à certains, je partage avec ce pauvre Aldo,  je n’épiloguerai pas .. Je ferai juste remarquer que le journaliste qui menait l’entretien n’a pas même relevé …(C’est un homme il est vrai,  il joue encore avec son zizi lui aussi ??? )

Bonne année quand même . Et en 2009 , jetez vos pédopsy, Mesdames.

02/01/2009

du neuf....

Diapositive1.jpg

21/12/2008

le surgissement du sens

Extraordinaire sensation quand brusquement l’étincelle arrive,  c’est l’irruption du sens !
On peut répéter sans cesse les mêmes mots dans le même ordre, sans que les neurones frémissent et brusquement le sens fait irruption on ne sait pas pourquoi mais on le sent très fort , c’est comme un feu d’artifice qui éclaire et réchauffe en même temps.
C’est comparable à la recherche de mot avec les lettres du scrabble : tiens  j’hérite de U M E E R I L…. je bouge les lettres dans tous les sens , je  trouve  quatre lettres R I.M.E puis cinq avec L.I.M.E.R et je bloque… munile melure remule reluime   Zuuuuuut !  et brusquement épuisée et déçue à donf de constater concrêtement mon manque de talent, je jette dans un geste négligent mais néanmoins élégant toutes mes lettres à la figure de Loulou (mon chat) qui me  sert de partenaire, et là évidemment  les lettres retombent sur le tapis  dans le seul ordre que j’ avais omis de tester (parce que je ne croyais pas les 7 lettres possible !)  et je lis médusée :    LUMIERE
et là ça chauffe réellement dans la boite cranienne mais d’une chaleur réconfortante, apaisante et si radoucissante  que brusquement tout se remet en marche…. et une fibre d’allégresse se lève dans les tréfonds  de ce qui nous sert d’ame (en attendant de trouver mieux)

Armée de cette lumière inopinée et de cette fibre dynamisante qui l’accompagne,  au lieu de maudire les voisins d’en face qui me gachent la vue sur Montmartre, je chausse hardiment mes basket en peau de pétrole et ma veste en mouton synthétique pour aller dehors… oui carrément dehors, admirer le génie de mes concitoyens …et sentir l’espace d’un instant qu’on fait partie d’une même confrérie extraordinaire : les humains.
Bon je remonte assez vite aussi, ma tronche d’illuminée n’a pas eu l’effet escompté : ils ne sont pas prêts les Autres, pas réveillés…. Faudrait pourtant qu’ils se dépêchent.

Je retourne me coucher !

22:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

25/11/2008

humanisme.......

24 novembre :
à la radio JM Morandini annonce qu’il reçoit un ancien détenu qui lance  une campagne de publicité pour appel à parrainage de prisonnier,  ce, afin de lutter contre les récidives.
Le parrain n’aurait  pas à donner d’argent mais il s’engagerait humainement, à écrire régulièrement  apr exemple et à faire des visites.

-C’est important ce lien avec l’extérieur, dit le créateur interviewé , pour ne pas se perdre de vue et récidiver dès la sortie, (il est lui-même ancien prisonnier). Si mes parrains ne m’avaient pas distillé patiemment leurs connaissances et leur ressentis , jamais je n’aurais pu m’en sortir ; Au début dans ce qui me manquait le plus y avait  des odeurs : celles de ma forêt, j’avais besoin de respirer quelque chose qui me rappelle mes racines, mon appartenance à une identité collective… j’ai demandé à ma visiteuse de me rapporter de la Terre … ça a crée un lien, on a commencé à échanger sur les arbres, le sol ,  sur la forêt, des choses qui durent , quoi. ….

L’antenne est ouverte ensuite aux  auditeurs.
D’abord viennent des questions tournant autour du fait que le parrain  ne peut pas choisir son « type » de délinquant ,  principale résistance :  il est vrai  que devenir parrain d’un violeur ou d’un serial killer… peut ne pas être motivant ! .
L’auteur a répondu très gentiment qu’il comprenait les résistances, mais  qu’il ne s’agissait pas de choisir  les prisonniers comme des objets sur catalogue  ,  et que quoi qu’ils aient fait , ils n’en restent pas moins des humains,  signe quelque part de l’échec du collectif, il est donc de la responsabilité de tous d’essayer d’aller voir ces prisonniers sans les juger !

Soudain un auditeur bondit en colère sur son téléphone pour dire je suis contre , absolument contre, avec des trémolos dans la voix :
« Non mais vous vous rendez compte ! si on rend la prison supportable, si la prison ne doit plus faire peur alors tous les crimes sont permis !! vous êtes fous, arrêtez tout de suite ! »

Le chatiment, la punition, le bâton…. comme moyen de faire changer l’homme :  ce bon vieil argument ressurgit!!   un argument qui a quand même aidé à « produire » le racisme, le nazisme, le réductionnisme…le fascisme et tous les ismes négatifs du monde . Le réentendre aujourd’hui, juste après la leçon d’humanisme et de générosité humblement susurrée par le prisonnier , (qui a vécu lui dans sa chair l’absence de regard et qui sait donc de quoi il parle) ça m’a fait bondir !

..... ce sont contre ces façons de "penser" que je voudrais pouvoir "agir" en tant que formatrice....

(au fait l'asso s'appelle BAN PUBLIC. Il s'agit d'envoyer un imprimé à  notre député pour qu'il rende possible et accesible à tous le parrainage dans les prisons.... )