Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2008

le surgissement du sens

Extraordinaire sensation quand brusquement l’étincelle arrive,  c’est l’irruption du sens !
On peut répéter sans cesse les mêmes mots dans le même ordre, sans que les neurones frémissent et brusquement le sens fait irruption on ne sait pas pourquoi mais on le sent très fort , c’est comme un feu d’artifice qui éclaire et réchauffe en même temps.
C’est comparable à la recherche de mot avec les lettres du scrabble : tiens  j’hérite de U M E E R I L…. je bouge les lettres dans tous les sens , je  trouve  quatre lettres R I.M.E puis cinq avec L.I.M.E.R et je bloque… munile melure remule reluime   Zuuuuuut !  et brusquement épuisée et déçue à donf de constater concrêtement mon manque de talent, je jette dans un geste négligent mais néanmoins élégant toutes mes lettres à la figure de Loulou (mon chat) qui me  sert de partenaire, et là évidemment  les lettres retombent sur le tapis  dans le seul ordre que j’ avais omis de tester (parce que je ne croyais pas les 7 lettres possible !)  et je lis médusée :    LUMIERE
et là ça chauffe réellement dans la boite cranienne mais d’une chaleur réconfortante, apaisante et si radoucissante  que brusquement tout se remet en marche…. et une fibre d’allégresse se lève dans les tréfonds  de ce qui nous sert d’ame (en attendant de trouver mieux)

Armée de cette lumière inopinée et de cette fibre dynamisante qui l’accompagne,  au lieu de maudire les voisins d’en face qui me gachent la vue sur Montmartre, je chausse hardiment mes basket en peau de pétrole et ma veste en mouton synthétique pour aller dehors… oui carrément dehors, admirer le génie de mes concitoyens …et sentir l’espace d’un instant qu’on fait partie d’une même confrérie extraordinaire : les humains.
Bon je remonte assez vite aussi, ma tronche d’illuminée n’a pas eu l’effet escompté : ils ne sont pas prêts les Autres, pas réveillés…. Faudrait pourtant qu’ils se dépêchent.

Je retourne me coucher !

22:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)