Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2010

Perception de Moi et du Monde....

« ...Je ne puis comprendre la fonction du corps vivant qu'en l'accomplissant moi-même  dans la mesure où je suis un corps qui se lève vers le monde » Maurice Merleau Ponty in "phénomènologie de la perception"

Ca y est j'ai récupéré la maîtrise de mon appareil perceptivo sensoriel.. ! Ca va beaucoup mieux. Je me sens comme Neuve !

Je me suis  longtemps laissée bombarder de partitions déjà toutes écrites par d'autres , des Autres Vachement Bien, des Héros, des Empereurs des Savants des Chanteurs ou des Traverseurs d'océan sur canot pneumatic... bref des Mieux que moi, et c'était un peu comme si on m'avait confisqué les moyens de produire moi-même ma conscience.

Du coup je me sentais  floue,  mal définie et de plus en plus en colère, car malgré tout j'avais conscience de ne pas avoir suffisemment de conscience...

Mais, me questionnerez vous avec vivacité et pertinence, qui peut bien se rendre coupable d'une telle confiscation, véritable  crime contre mon humanité ? Désignez-nous le responsable que nous puissions le détrôner avant de , dans le désordre, l'étêter, l'électrocuter, le pendre, le lapider, l'émembrer, le crucifier et le défenestrer.

....euh....

Vous tenez vraiment à ce que je vous révèle ce que je viens de découvrir?

C'est-à-dire que ça n'est pas très facile à entendre, alors à formuler, c'est encore plus délicat...

Moi. Nous .

Nous-mêmes nous rendons coupables de toutes sortes de crimes contre notre propre humanité, je sais cela paraît incroyable, ça n'est possible  en fait que parce que nous ne ressentons plus rien : nous avons vendu nos corps il y a longtemps à tous ces Autres Vachement Bien dont je parlais plus haut et qui eux-mêmes sous traitent  leur fonctionnement corporel auprès d'Autre Vachement Mieux.....

Nous avons tous abdiqué et maintenant sans corps nous sommes.... !

C'est-à-dire sans possibilité de percevoir, de ressentir !

Or sans la merde l'urine et le sang, pas de jouissance, pas de sensualité pas de volupté ... donc pas de  nirvana non plus !  Autant dire rien. Nada. Le néant. Le calme plat. Le Vide. A part quelques objets,  de l'éphémère et des apparence, du trompe l'œil quoi...Ca fait pas un humain ça. Pas suffisant.

Comment cela on nous a sucré nos corps, hurlez vous soudain éperdus,  n'importe quoi, elle dit n'importe quoi :  y en a que pour eux, (nos corps) crème de beauté par ci, prothèse par là, pilule et massages en tous genres.

C'est une façon de parler ... Nos corps sont toujours là, bien que vendus et revendus. Ce qu'on nous a « sucré » c'est la connexion interne entre nous et nous-mêmes, notre conscience corporelle..... Nous reste une apparence, une coquille vide, une surface bien pratique pour y graver les injonctions consuméristes de notre bel aujourd'hui.

Ah ! Je vous l'avais dit c'est délicat à formuler.   Surtout restez patient ouvert et disponible, hein !

Mais quand  même  pourquoi s'essorer le cerveau par ces grandes chaleurs ?

 

Aîe LouLou ne fais pas l'andouille, rentre moi ces griffes immédiatement.

Je vous présente donc LouLou . Mon Chat Chéri. C'est lui, par sa curiosité bienveillante et sa manière bien à lui de poser les questions  qui m'a déjà bien aidé à décrypter le Monde inscrit en moi.  Bon ma fille aussi m'a pas mal aidée avant lui. Maintenant elle est adolescente.

Je m'entends mieux avec LouLou.

D'accord, il y a aussi, Socrate, Spinoza, Descartes, Kant Hégel, Teilhard de Chardin, Husserl, Kierkegaard, Sartre, Simone de Beauvoir, Anna Arendt, Jean Marie Brohm,  Boris Cyrulnik,Antonio Damasio, Hubert Reeves, Trinh Xuan Tuan....Leurs manières à eux tous de poser des questions est pas mal aussi,  rien à voir avec LouLou, cependant j'ose dire qu' il leur manque certaine connexion charnelle avec eux-mêmes qui leur éviterait de tourner en rond dans des pensées  de plus en plus abstraites  qui faillissent en fin de compte à déboucher sur un vrai changement ! Penser des idées, théoriser des pensées bel exercice neuronal, mais ça ne vaut rien pour transformer le cambouis  en jus de bonheur si on y met pas les mains !

 

Et la pierre philosophale de l'humain c'est tout de même ça : transformer la merde en pétrole !   Tiens, ça me rappelle quelque chose.. ah ! oui la nature le fait, elle... Ben reste plus qu'à observer comment elle fait et s'en inspirer....?

Et ça sert à rien de « déléguer » : car  mettre les penseurs à penser ici et les manuels à agir là bas, revient à couper la connexion entre les deux. Les mains d'un côté et le cerveau de l'autre, la France d'en bas coupée de la France d'en haut, le corps séparé de l'esprit... rajoutez à cela  mépris de l'un  vis à vis  de l'autre et faites la somme de tous ces mépris : vous aboutissez à la négation de l'instinct, ce truc qui nous branche direct avec la Nature et l'Autre sans passer par l'imagerie sémantique .

Car c'est de cela je le répète dont nous avons le plus besoin nous reconnecter à la chair du Monde, pour  apprendre à féconder la matière, c'est-à-dire CREER.

Moi, on m'a ouvert les yeux un beau jour (c'était peut-être une nuit ?) alors que j'étais étudiante en ce qu'on nomme aujourd'hui sciences et techniques des activités physiques et sportives.

Je ne comprenais pas comment il était possible de supporter de se martyriser en souriant et que cela devienne la norme sous forme de dictats délicieusement planqués derrière un tas de maximes et proverbes avec quelques en-tête particulier pour les femmes  : « faut souffrir pour être belle », « sois belle et tais toi »....

Moi j'avais pas envie de me taire encore moins de souffrir et je voulais être belle quand même ! j'avais besoin de comprendre surtout en quoi le fait d'être bien dans sa peau nécessitait la souffrance....et en quoi utiliser ce qui nous est spécifiquement spécifique, je veux parler du Verbe, serait incompatible avec la « beauté » ?

Bref, j'avais soudain vachement de pain sur la planche côté recherches questionnement rencontres lectures...

J'ai cité ma fille et mon chat, mais il y a eu aussi des amants divers et variés qui m'ont aidée  à  élargir considérablement ma palette de perceptions. J'ai mis le temps, à cause de la culpabilité de ne pas « être » animée des mêmes instincts de mariage que mes autres congénères, mais une fois acceptée l'idée d'être hors norme et vivante quand même, surtout et  y compris avec les hommes, tout a été très vite. (enfin relativement vite...parce qu'en réalité, je peux vous l'avouer ça m'a paru long..)

 

Du coup les pages centrales de la Phénoménologie de la Perception m'apparaissent brutalement d'une somptueuse clarté.... je redécouvre ce pavé de Merleau Ponty avec stupeur : il y a là en germe  des clefs du mystère humain....   Trop tôt, mal dit, ou trop bien dit plutôt, car comme Bachelard son contemporain,  Merleau Ponty est un philosophe de la poésie qui sait aussi poétiser sa pensée... Sauf que ce type de communication raffinée (philosophie plus poésie.. ) n'avait que peu de chance d'atteindre   les conscience encore trop primitives de ses contemporains

Ce qui explique qu'....à part une explosion salvatrice en Mai 68 , les merveilleuses pages de la phénoménologie de la perception n'ont pas permis d'éviter la mouise dans laquelle nous commençons sérieusement à émietter le sens de nos existences....

 

« ...Tu loges dans ton acte même ... ton acte c'est toi.. tu t'échanges.. ta signification se montre éblouissante . c'est ton devoir c'est ta haine , c'est  ta fidélité c'est ton invention ...L'Homme n'est qu'un noeud de relations , les relations comptent seules pour l'homme. »

A. de Saint Exupéry