Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2008

la formation du tout et la transformation des parties

Nous n'aurons une chance de dépoussiérer le contenu de notre boite cranienne qu'au contact des Autres , contact direct ou par lectures interposées... Parmi ces Autres, une forte lumière enfin surgira peut-être ...?   Moi je viens de trouver l'éclairage qui me convenait en lisant Edgar Morin: qu'il soit ici remercié une bonne fois pour toutes, car je sens que je vais passer le reste de mon temps à le piller, le plagier.. le citer,  au mieux.

C'est une sensation tellement extraordinaire que celle qui se produit en nous quand deux neurones entrent en contact (l'étincelle du bon sang mais c'est bien sûr ... ) que je voulais absolument la partager avec tous ... le souci c'est qu'on ne sait jamais quand et où va surgir cet orgasme neuronal , (dont la puissance est , comme l'autre , toujours au delà des mots à disposition pour le décrire) : tant pis !

.....merci aussi à  Dussolier pour cette courte apparition moqueuse... !

Donc:  Edgar écrit dans le tome 1 de sa méthode: "La nature de la nature"

Un système est à la fois plus , moins , autre que la somme des parties . Cette formulation paradoxale nous montre  qu'un système est un tout qui prend forme en même temps que ses éléments se transforment .   Toute organisation qui détermine et développe spécialisation et hiérarchisation détermine et développe des contraintes, asservissements et répressions. Nous savons aujourd'hui par exemple que chaque cellule d'un organisme porte en elle  l'information génétique de tout l'organisme: mais la plus grande partie de cette information est réprimée , seule l'infime partie correspondant à l'activité de la cellule peut s'exprimer . Les contraintes qui inhibent enzymes , gênes, voire cellules entières, ne diminuent pas une liberté inexistante à ce niveau , la liberté n'émergeant qu'à un niveau important de complexité individuelle . (à l'articulation  de nombreux systèmes....?)

C'est donc au niveau des individus  disposant de possibilités de choix , de décision et de développement complexe , que les contraintes peuvent être destructrices de liberté, devenir oppressives..

Il nous faut considérer en tout système désormais un gain en émergences, mais aussi la perte par contraintes: un système n'est pas seulement enrichissement, il est aussi appauvrissement , et l'appauvrissement peut être plus grand que l'enrichissement

Ainsi le développement de certains systèmes peut se payer par un formidable sous développement des possibilités qui y sont incluses....

Nous débouchons sur un principe systémique clé: la liaison entre formation et transformation  en un circuit récursif ininterrompu! (tout ce qui forme , transforme )

à suivre.....

Les commentaires sont fermés.